Mistouille, pas 13 ans…

Tu aurais eu 13 ans aujourd’hui et jamais je n’aurais cru que tu ne passerais pas ce cap.

Jamais je n’aurais cru non plus qu’après 4 ans et demi de silence radio,  je réactiverais ce blog, que j’avais baptisé en ton honneur, pour ce type « d’occasion »… L’occasion de te dire combien tu nous manques et tout ce que ta présence dans notre vie nous a apporté.

Tu es parti vers une autre de tes 9 vies de chat le 30 décembre 2020,  d’un lymphome foudroyant qui nous a laissé, heureusement ou pas, très peu de temps pour pleurer sur ce qui t’arrivait… Mais qu’est ce qu’on a pu pleurer après…

12 ans et demi passés avec toi, depuis ton arrivée chez nous à l’âge de 7 semaines, 12 ans et demi passés à te chouchouter à la hauteur de ce que tu nous as donné ; cet amour félin immensurable, cette antithèse du caractère cliché du chat réputé hautain, indépendant, ou dédaigneux qui « vit chez ses locataires »…

Avec toi c’était câlins-ronrons à tous les étages, jour, nuit, soir et week-end, ces kidnappings inopinés où tu nous grimpais dessus et qu’on ne te refusait jamais, tellement ces instants, aussi fréquents, voir quotidiens étaient-ils, paraissaient précieux à nos yeux. Comme si on avait toujours gardé dans un coin de notre tête l’idée que notre parcours ensembles avait une durée limitée. On bien tenté d’occulter que 12/13 ans restait l’espérance de vie moyenne pour un tigre de salon, convaincus (enfin surtout moi) par l’idée que tu avais toutes les chances de ton côté pour vivre 18-20 ans, à l’image de nombreuses histoires du genre qu’on entendait à droite, à gauche…

Peut-être que cette ignorance volontaire venait de cette hantise que j’avais du moment où on devrait prendre cette décision tant redoutée, celle de la piqûre pour te soulager ; sans même imaginer combien il serait facile et indiscutable de  faire ce choix le moment venu, parce que te voir souffrir serait insupportable…

En attendant (pas) ce moment, tu as été durant toutes ces années notre ancre, notre repaire de foyer, pour ne pas dire de famille, puisque tu étais en quelques sorte « notre premier », arrivé 10 ans avant celle qu’on t’a présentée comme « ta petite sœur »,  à 2 pattes…

Contre toute attente et pour notre plus grand bonheur, tu as été incroyablement cool face à ce tsunami nommé Alice, même si distant au début, pour te détendre peu à peu en la laissant entrer dans ta vie et en faisant partie de la sienne pour ses premières années. On continue de lui parler de toi parce que tu feras toujours partie de notre vie, parce qu’on ne t’oubliera jamais, parce que tu es toujours tellement présent dans nos mémoires et au plus profond de nous.

Merci pour tout, tu es le meilleur, je t’aimerai toujours mon amour de chat, mon chat en cuisine :'(