Recettes en direct

cuisine-en-direct1

Je dois avouer que je publie moins de recettes qu’avant sur ce blog, simplement parce que je n’ai plus beaucoup de temps et que je préfère en présenter moins, mais plus pertinentes. Parce qu’en dehors de ces quelques créations, ma cuisine quotidienne est de plus en plus simple.  Et c’est justement dans les moments ou je n’ai ni temps ni inspiration, que je ressors un livre qui m’a dépanner plus d’une fois dans ces situations : Recettes en direct de Benjamin Darnaud.

Ce livre n’est pas tout nouveau, il date de 2010 mais à l’approche de la 3ème saison de Top Chef, il me vient comme une illumination, le besoin de rappeler les talents que la 1ère saison a sorti de l’anonymat. Benjamin Darnaud en fait partie et c’est aussi pour ça que j’ai tant apprécié cette émission.

Pour son 1er livre, Benjamin a choisi la cuisine qui lui ressemble le plus, la cuisine en direct ! La cuisine idéale pour des soirées improvisées entre potes ou des repas du dimanche après grâce mat tardive, celle où qui ne se prépare pas 4h à l’avance, mais où l’on se laisse aller au grès de ses envies et des improvisations du marché ou de son frigo. La cuisine en live quoi !

Un livre découpé en 6 chapitres atypiques : Retour de marché, Comme chez Maman, La quotidienne, En grande pompe, Afterwork et Remix cooking. Et ça donne des lamelles de carotte sauce yaourt au wasabi, le gratin de courgette de sa mère au chèvre et au thym, un cheesecake ultra rapide, un biscuit vapeur aux fruits, des fruits au coulis de confiture et biscuits, des encornets à la pulpe de pamplemousse…

Mais là où le terme de cuisine live prend tout son sens, c’est que je me retrouve à Carrefour avec mon cher cousin et ma très patiente belle-cousine.  Et que la qualification de patiente prend tout son sens parce que le cousin a eu la bonne idée d’inviter tous ses potes à l’arrache pour dîner et qu’il est presque 19h et qu’il faut encore trouver une idée de menu, les ingrédients, passer en caisse, rentrer et cuisiner :).

C’est là que je sors non pas de mon chapeau, mais de mon cerveau et de ma mémoire de gourmande, 2 recettes qui m’ont interpellée dans le livre, tellement faciles que j’ai pu les retenir et les ressortir en direct live :)… Mais facile ne veut pas dire ordinaire et c’est pour ça que nous avons régalé les potes ce soir là avec une marinade instantanée de volaille au miel, citron vert et gingembre, accompagnée d’un boulgour aux épinards et citron confit.

Alors merci Benjamin pour cet ouvrage, qui permet à tout le monde de cuisiner en toutes circonstances, et d’éviter les soirées bières – chips – pizza surgelée ! 🙂

Galette des rois façon baklawa, amande, pistache, cacahouète et mangue

Cette année pour changer une peu, j’avais envie d’une galette légère, donc dans ma tête avec autre chose que de la pâte feuilletée. J’ai bien pensé à la feuille de brick, mais je me suis dis que ce serait vraiment trop léger pour une galette. Donc juste après la feuille de brick il, y a… la pâte filo bien sûr ! Et quand j’ai commencé à réfléchir à la garniture que je voyais plutôt fruitière au départ…. et bien j’en suis vite arrivée au baklawa !

INR_5707

Après avoir épluché quelques recettes sur internet et dans un livre de Fatema Hal et m’être aperçue qu’il en existait différentes sortes, soit aux noix ou noisettes, soit à l’amande, soit à la pistache et parfois avec de la cacahouète ; j’ai choisi de faire la totale, après la crêpe complète, voici le baklawa version complète 🙂 : amande, pistache, cacahouète… et mangue, parce que ça va aussi bien avec la pistache que la cacahouète et pour truffer la farce de quelque chose d’un peu plus léger.

INR_5727

Résultat, pour la galette plus légère qu’avec de la pâte feuilletée, on repassera l’année prochaine, en attendant, ma version un peu spéciale de la galette baklawa complète a vraiment tout déchiré !

INR_5705

Ingrédients pour une grosse galette

  • 15 feuilles de pâte filo
  • 200 g de poudre d’amande
  • 150 g de poudre de pistache
  • 150 g de poudre cacahouète
  • 500 g de miel d’oranger, de préférence
  • 150 g de beurre
  • 15 cl d’eau, voir 20 cl selon texture de votre miel, pour le diluer en sirop)
  • 6 à 8 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger (selon votre goût et selon la qualité de votre fleur d’oranger)
  • 1 petite mangue

INR_5738

Préparation

  • Diluez le miel dans un récipient avec la fleur d’oranger et l’eau bouillante de façon à faire un sirop.
  • Réservez environ 15cl de ce sirop pour la sortie du four et mélangez le reste avec le beurre fondu au micro onde.
  • Mélangez environ 15 cl de ce sirop beurré avec les poudres d’amande, de pistache et de cacahouète, ajoutez la mangue coupée en petits dès (ou seulement 3/4 de la mangue si elle est un peu grosse)
  • Badigeonnez au pinceau un moule à tarte d’environ 30 cm, disposez 6 à 7  feuilles de pâte filo en quinconce de façon à recouvrir l’ensemble du plat et surtout en badigeonnant généreusement chacune d’entre elles au fur et à mesure.
  • Répartissez la farce aux fruits secs et à la mangue de façon homogène, n’oubliez pas la fève :).
  • Recouvrez avec le reste des feuilles de pâte filo toujours en quinconce et en badigeonnant chacune d’entre elles.
  • Enduisez bien la dernière feuille, tracez des losanges sur toute la surface avec la pointe d’un couteau.
  • Coupez au ciseau les angles des feuilles qui dépassent du plat, boudinez tout le contour de la tourte de façon à la refermer comme pour une galette à la pâte feuilletée.
  • Enduisez bien le boudin de contour de sirop au beurre en essayant de faire couler le sirop entre la pâte et les rebords du plat, de façon à le  faire couler vers le fond du plat, enfournez 20 min à 220 °C.
  • Sortez la galette du four et versez la moitié du sirop que vous avez réservé (sirop sans beurre) sur la surface, laissez refroidir.
  • Coupez en petits losanges, versez le reste du sirop et saupoudrez de poudre de pistache avant de servir.

INR_5734

Note
Le secret est de bien imbiber les feuilles de pâte filo avec le sirop au beurre avant la cuisson, sans pour autant le noyer. Surtout la dernière feuille de surface, c’est pour ça qu’il faut badigeonner les rebords en faisant couler le sirop contre la paroi du moule pour qu’il parte vers le fond et n’inonde pas la surface de la galette. Si vous ne trouvez pas de poudre de pistache et de cacahouète (disponibles en épicerie orientale), mixez au robot des pistaches et des cacahouètes non salées. J’ai utilisé des poudres pour aller plus vite, mais j’y ai tout de même incorporé des amandes, pistaches et cacahouètes entières, grossièrement pilées au mortier pour avoir une texture avec quelques morceaux. Donc si vous partez de fruits secs entiers ne les réduisez pas complètement en poudre. Le baklawa se conserve au frigo dans un récipient hermétique environ 2 semaines mais vous l’aurez fini avant :).

INR_5731

Pour ceux qui préfèrent une galette plus traditionnelle :

galette-rois-choco
Galette des rois poire amandine chocolatée
et éclats de pistaches

galette-rois
Galettes des rois, frangipane à la fleur d’oranger
ou pommes miel et cannelle

L’Ebauchoir

lebauchoir

Ouf les fêtes sont finies, on va enfin pouvoir arrêter de manger… Non je plaisante :). La preuve, on ne s’est même pas arrêté entre Noël et jour de l’an, on ne s’est pas fait priés pour aller dîner à l’Ebauchoir, l’un des meilleurs bistrots de mon cher quartier. Encore un resto dont j’aurais du parler sur ce blog déjà depuis un moment, enfin c’est ce que je me dis à chaque fois que j’y vais.

Pourquoi ? Et bien simplement parce que la cuisine y est toujours parfaite, originale tout en restant fidèle à l’esprit Bistrot, basée sur la qualité des ingrédients, mais pas que, les produits de saison mais aussi d’ailleurs, mais surtout le savoir faire et la fantaisie de son Chef, Thomas. Côté salle et cave c’est Thierry qui mène la danse, avec une équipe sympathique et attentionnée. Tout ce petit monde constitue un splendide restaurant, dans un authentique cadre d’ancien Bistrot, un de ceux que l’on qualifie de « Bistronomiques ». C’est justement grâce à ce livre Bistronomiques et quelques bouches à oreilles de mon quartier (au Bistrot du Peintre, à la Cocotte), que j’ai découvert l’Ebauchoir où chaque dîner est toujours un enchantement.

Pour ne donner que quelques exemples et vous mettre l’eau à la bouche : Tartare de ligne pomme verte et combawa, Porc ibérique sauce miel amandes et noisettes, Tarte fine poire et fourme d’Ambert, Terrine de sanglier aux noisettes, Filet de maigre sauvage au beurre de carotte et risotto aux cèpes, Parmentier de poule faisane…

Quant aux desserts parmi quelques créations de saison, vous trouverez à l’année un Paris Brest toujours irréprochable et le joyaux de la carte à mes yeux : le pot de crème à la vanille, dont la recette est justement livrée dans Bistronomiques et qui est sincèrement à se damner !

Tout ça nous a bien mis en appétit pour un réveillon au Mansouria, c’était la 2ème fois que nous passions la St Sylvestre à la meilleure table Marocaine de Paris et c’était encore une fois exquis !

L’Ebauchoir
43 – 45 rue de Citaux
75012 Paris
01 43 42 49 31
Photo : © L’Ebauchoir