Filet de rouget, gelée de Noilly Prat à l’orange et tomate crue, purée de courgettes au thym

Heureusement que Noilly Prat a décidé de faire un peu parler de lui avec son mini site et son concours de recettes, parce que pour ma part, à chaque fois je tombe sur une recette contenant du Vermouth, je l’évite par méconnaissance du produit. Et qui dit, « moi pas connaître le produit » dit « moi pas y’en avoir dans mon placard » :). Bref un véritable cercle vicieux.

Ce concours est donc l’occasion de tester le fameux Vermouth qui, à ma grande surprise, s’est avéré très en adéquation avec ma cuisine, avec ses arômes épicés et fleuris.

Donc cette première tentative a donné ça :

RES_2559

Ingrédients pour 4 personnes

  • 800 g de filets de rougets
  • 1 grosse cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Pour la gelée :

  • 20 cl de Noilly Prat
  • Le jus de 4 oranges bien parfumées (préférez des Maltaise, en saison)
  • 3 feuilles de gélatine

RES_2578

Pour le coulis de tomate crue :

  • 4 belles tomates bien mûres
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 branche de basilic frais ciselé
  • 1 petite gousse d’ail pressées
  • Sel, poivre

RES_2566

Pour la purée de courgettes :

  • 6 belles courgettes
  • 2 petites gousses d’ail
  • 1 cuillères à soupe de thym frais ou séché
  • 2 cuillères à soupe d’huile neutre
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Sel, poivre

RES_2576

Préparation

  • Portez le NoillyPrat à ébullition dans une casserole, ajoutez le jus des oranges pressées.
  • Pendant ce temps, faites ramollir la gélatine dans de l’eau froide, et faîtes la dissoudre dans la casserole hors du feu.
  • Mélangez bien, réservez au frais dans un bol ou dans des moules de la forme de votre choix, au minimum 4h.
  • Dans un faitout, faîtes dorer l’ail écrasé avec deux cuillères à soupe d’huile neutre, ajoutez les courgettes coupées en rondelles ainsi que le thym, salez, poivrez, faîtes les dorer un peu à feu vif, puis couvrez et laissez cuire à feu moyen jusqu’à  ce que les courgettes soient bien fondantes.
  • Si besoin ajoutez un peu d’eau en cours de cuisson, mais surtout asséchez bien la fondue de courgettes en augmentant le feu au maximum en fin de cuisson pour faire évaporer toute l’eau, puis mixez au robot avec une cuillère à soupe d’huile d’olive.
  • Mixez ensemble tous les ingrédients du coulis de tomate et réservez au frais.
  • Faire cuire les rougets au four 7 minutes à 200 ° et servez aussi tôt avec la purée de courgettes, la gelée de Noilly Prat et le coulis de tomate crue.

RES_2567

En ce qui concerne le choix du vin pour accompagner tout ça, je remercie les Vins d’Alsace d’avoir organisé ce déjeuner Accord mets et vins début septembre, pour nous aider à choisir le vin approprié à ce type de plat. L’occasion de se rappeler les bases déjà enseignées lors de ma première dégustation des Vins d’Alsace, pour les plat épicés par exemple, préférez généralement un Gewurztraminer. L’occasion d’approfondir aussi ces découvertes avec des vins comme ce Pinot Gris Domaine Rieflé, ou ce Klevener De Heiligenstein Domaine Daniel Ruff, peut-être plus appropriés à un plat de poisson…

Le Pied de Nez

pied-de-nez1

Je crois que l’un des meilleurs souvenirs de vacances que j’ai ramené cette année, c’est ce restaurant situé sur les remparts du Castellet, village médiéval et provençal.

Le Pied de Nez est un restaurant éthique, dont la volonté des propriétaires est de servir des produits de qualité, locaux ou au moins français, bios ou de culture raisonnée, travaillés dans une carte qui sent bon le soleil et la Provence :).

Un gaspacho aux tomates du potager, un croustillant d’agneau au miel et aux épices, une ratatouille authentique (du potager aussi:)), une minestrone de pêches au basilic et son caillé de chèvre au citron… Je ne vous parle même pas de la brousse de la ferme du coin, servie à parfaite température, avec du miel de lavande… d’à côté, et des petites amandes torréfiées. Mousseuse et légère comme un nuage, j’en rêve encore la nuit :).

Tout le soin qui est apporté au choix des produits se sent dans l’assiette. Les fournisseurs sont sélectionnés sur des critères simples, mais qui devraient être essentiels pour tout le monde :

  • pour les viandes par exemple, conditions de vie des animaux, type de nourriture, conditions d’abattage (parce qu’on y pense pas assez souvent)…
  • pour les fruits ou légumes quand ils ne viennent pas direct du potager privé des propriétaires, proximité des exploitations, méthodes de culture et type d’engrais…

Autant de points évidents qui garantissent une qualité irréprochable et un impacte environnemental minime, même l’eau gazeuse est maison, faite sur place dans des bouteilles en verre recyclées, pour limiter la production de gaz à effet de serre avec un transport inutile et la pollution par des bouteilles mal recyclées.

Une qualité qui se sent à la première bouchée, merveilleusement mise en valeur dans une cuisine aux saveurs harmonieuses, originale et pas prétentieuse.

Le tout dans un cadre idyllique, avec vue sur les vignes et sur la mer, lorsque le ciel est bien dégagé (environ 300 jours par an :)).

Et parce que les vacances m’ont rendue un peu faignante pour écrire plus de détails sur la carte en elle même, je vous invite à  consulter mes photos et mes critiques de plats au Pied de Nez sur Food Reporter. 🙂

Le Pied de Nez
8 Montée St.Eloi sur les remparts
Le Castellet Village 83330
Tél. : 04 94 29 72 26
http://lepieddenez.com/