Belle Hélène, coeur figues-noisettes

Toujours dans la continuité du mariage figues-noisettes, je cherchais de quoi rendre une poire un peu glamour un soir au début de cette semaine.

Après avoir éliminer le chocolat et la glace par souci diététique, il ne me restait plus que les fruits eux même pour farcir la belle…

bellehelene2

La grande épicerie orientale à l’angle de la rue d’Aligre et de la rue Crozatier (12é) proposant des figues séchées de très bonne qualité, j’ai la chance de pouvoir profiter de ce fruit d’été toute l’année et de façon tout de même plus écologique comparée à l’importation intensive de certaines denrées fraîches du bout du monde !

bellehelene4

Ingrédients pour 4 personnes

  • 4 poires
  • 4 figues séchées
  • 15 g de noisettes
  • 4 cuillères à soupe de miel
  • 7 g de thé de votre choix
  • 75 cl d’eau
  • 20 g de bon chocolat noir
  • 5 cl de lait

Préparation

  • Epluchez les poires, tranchez les têtes (environ le 1er tiers en partant du haut, évidez les avec une petite cuillère (faîtes suffisamment de place pour une farce de la taille d’une balle de ping-pong, gardez tout de même des parois bien épaisses)
  • Pochez les poires et leurs têtes dans une casserole avec les 75 cl d’eau en ébullition, le thé infusé et le miel durant une bonne dizaine minutes
  • Sortez les poires égouttez les et mettez les figues à gonfler dans le même thé chaud
  • Pendant ce temps faîtes fondre le chocolat avec le lait, mélangez pour obtenir un coulis bien lisse et bien fluide
  • Concassez grossièrement les noisettes au pilon, ajoutez les aux figues sorties du bain de thé puis mixez le tout jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse, ajoutez 1 ou 2 cuillères à soupe de thé si besoin
  • Remplissez chaque poire avec un peu de farce de figue, refermez les avec leurs têtes respectives, puis servez les à température ambiante avec le coulis de chocolat

Note
Ne servez pas ces poires chaudes, laissez les bien refroidir, cela permet de les préparer bien à l’avance. Vous pouvez utiliser un thé un peu parfumé comme un thé à la bergamote ou un thé au jasmin. Les figues séchées sont déjà très sucrées,mais si vous utilisez des figues fraîches ou surgelées, pensez à ajoutez un peu de miel dans la farce.

bellehelene1

Sashimis de saumon sur tartare de pommes vertes

Je peux dire que j’ai quasiment redécouvert le saumon, le jour où je l’ai goûté pour la première fois mi-cuit, puis cru, contrairement aux cuissons excessives que j’avais l’habitude de lui infliger !

sashimi-saumon-pomme_0299

En ce qui concerne les restaurants japonais par contre, je me suis très vite lassée du wasabi et du gingembre mariné qui reviennent systématiquement sur les planches, en toute franchise, ces trucs là ne passent plus du tout. A présent je me contente de tremper mes sashimis dans un mélange sauce soja – épices piquantes, que l’on trouve à dispo sur toutes les tables nipones 🙂

Quant aux sushis, j’en ai eu assez de devoir justifier sans cesse le fait de les demander sur riz blanc et non vinaigré, avec des serveurs qui me regardent comme une extra terrestre parce que, oui, une bonne fois pour toute JE DETESTE LE VINAIGRE QUELQU’IL SOIT ! Je m’en tiens donc aux sashimis dans ce genre de restaurants.

sashimi-saumon-pomme_0243

A la maison, il a donc fallu varier un peu les plaisirs autour du saumon cru, j’ai déjà pas mal expérimenté les tartares, les mi-cuissons également, mais pas assez la version tranches de moyenne épaisseur comme les sashimis. La première fois que j’ai fait des sashimis à la maison c’était en suivant une recette de  mon livre préféré La cuisine des fées qui préconise de préparer le saumon sous cette forme, simplement en petites tranches assaisonnées de sel, d’un mélange citron-sucre et baies roses.

Pour ma propre version j’ai eu une irrésistible envie de fraîcheur et de légèreté pour un dîner rapide en rentrant du boulot cette semaine, je les ai donc assaisonnés un peu différemment et surtout ajouté la pomme verte pour supporter le citron, plutôt que de le mettre directement sur le saumon.

sashimi-saumon-pomme_0310

Ingrédients pour 4 personnes

  • 4 filets de saumon d’environ 100 g chacun
  • 2 pommes Granny
  • 1 citron vert
  • 1 petite cuillère à café d’huile de sésame
  • 1 petite cuillère à soupe d’huile de pépin de raisin
  • 4 petites pincées de piment de Cayenne
  • Sel, Poivre

sashimi_saumon-pomme1

Préparation

  • Dans un ramequin, préparez la marinade :  mélangez les 2 huiles, râpez le zeste du citron vert, ajoutez le piment de Cayenne puis mélangez
  • Coupez les filets de saumons en tranches d’environ 5 à 7 mm d’épaisseur, enduisez les de marinade, salez, poivrez
  • Epluchez et ôtez le tronc des pommes, détaillez les en tous petits cubes, arrosez les de jus de citron vert
  • Formez des petits tas de tartare de pomme de forme allongée sur des planches ou dans des assiettes, puis déposez une tranche de saumon sur chacun

Note
Les quantités indiquées ici sont pour une entrée, en les doublant nous avons dégusté ces sashimis en plat léger du soir accompagné d’une petites salade verte au pamplemousse.

sashimi-saumon-pomme_0324

La petite rôtisserie

petiterotisseriepl0

On va dire que les parisiens ne jurent que par la capitale, qu’ils ne mettent jamais les pieds au-de-là du périphérique, qu’ils considèrent Paris comme le centre du monde, et blablabla et blablabla…

Je ne peux pas vraiment prétendre être l’antithèse de ce cliché, alors que j’ai déjà du mal à sortir de mon propre quartier, qui comporte une multitude de bonnes tables, pour aller au restaurant.

Je risquerais même de me faire des ennemis, en disant que parfois je pense comme un parisien moyen, en ne jurant que par ma ville de résidence, et en ne prêtant pas beaucoup attention à ce qui se passe « extramuros », mais bon, désolée, depuis que j’ai goûté à certains très bons endroits, le plus souvent au pied de chez moi, je suis régulièrement déçue dès que je m’éloigne, surtout lorsqu’il s’agit de la banlieue. La province, quant à elle, a su me convaincre de quelques bonnes adresses, Sud-est et Normandie notamment, mais cela fait un peu loin, lorsqu’il s’agit juste d’un repas hors contexte vacances 🙂

Heureusement qu’il existe des restaurants comme La petite rôtisserie à Eragny sur Oise dans le Val d’Oise pour m’empêcher de généraliser sur le sujet !

Fondée en 1946, ce restaurant de charme se situe sur les bords de l’Oise dans un village où j’ai habité durant de longues années avant de venir vivre à Paris.

C’est ainsi que je m’y suis souvent retrouvée pour des repas familiaux, car l’endroit est très vite devenu le restaurant favoris de mes parents pour les grandes occasions, après avoir constaté qu’il présentait l’un des meilleurs rapport qualité prix autour de chez eux.

Depuis un certain nombre d’années, nous y trouvons donc une cuisine traditionnelle et raffinée, classique certes, mais toujours réalisée dans ce que j’aime définir comme « les règles de l’art », jamais de fausse note ou de raté sur une cuisson, un dosage ou un mariage de saveur.

Pour les dernières fêtes de Pâques nous avons ainsi dégusté des plats aussi sympathiques que des gambas anisées au jus d’agrume, un pressé de crabe-avocat et mousse de fromage frais, un magret de canard au jus de truffe, ou un parfait au pain d’épices plus que parfait à mon goût (moi qui ne suis pas une grande fan de pain d’épices) 🙂 La juste dose de sucre, d’épices et une déclinaison très affinée du produit (parfait glacé, crème glacée, cake et écorces d’orange confites) ont su convaincre et surtout ravir le palais difficile que je suis 🙂

petiterotisseriep2

Tout ceci dans un cadre très verdoyant avec un service attentionné pour un prix très correct, 35 euro entrée-plat-dessert et 41 euro si vous ajoutez le fromage que je vous conseille fortement, pour sa qualité et sa variété présenté sur son charmant petit chariot de bois !

petiterotisseriep3

petiterotisseriep4

La Petite rôtisserie
65 chemin de Halage
95610 Eragny Sur Oise
Tél. : 01 34 64 70 54

Truites farcies à l’orange et zeste, salade de carottes au cumin, orange et miel

J’ai conscience de me répéter un peu avec une autre recette de poisson à l’orange juste après celle du rouget, mais la saison des Maltaises va bientôt se terminer, alors j’en profite à fond pendant qu’il en est encore temps.

Et puis c’est aussi ça cuisiner de saison, ça veut dire manger souvent les mêmes choses selon les périodes, surtout dans notre région du monde où l’on a pas une grande variété de fruits et légumes en abondance toute l’année comme dans certains pays tropicaux par exemple 🙂

truite-orange6

Mais bon à l’heure où l’écologie et le développement durable constituent une priorité, prenons donc le pli de nous restreindre un peu aux produits saisons, pas trop contraignant pour ma part avec les oranges Maltaises 🙂

Mais se restreindre ne veut pas dire pour autant s’ennuyer à mourir à table, alors profitons en pour exprimer un peu d’originalité en tentant de varier les plaisirs avec le même type d’ingrédients.

Et puis le très intéressant dossier « Poissons » de Goosto nous invite à privilégier des poissons comme la truite élevée en Europe qui ne fait pas partie des espèces en voie de disparition. J’ai même constaté, à la lecture de cet article, que le rouget barbet du pacifique, comme celui utilisé dans ma recette précédente, n’est pas classé parmi les espèces à éviter ou à consommer très modérément contrairement son cousin du Golfe de Gascogne.

J’ai envie de dire dans ce cas, laissons nous guidés gaiement !

truite-orange9

Ingrédients pour 4 personnes

  • 4 truites de taille moyenne vidées
  • 3 oranges Maltaises et bio de préférence *
  • 4 petites carottes
  • 2 bonnes cuillères à café de cumin
  • 2 cuillères à café de miel d’oranger de préférence
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Sel, poivre

truite-orange2

Préparation

  • Râpez le zeste de 2 des oranges, puis coupez en une en demie-rondelles sans l’éplucher, épluchez la seconde et coupez la en petits dés, pressez la 3éme, réservez le jus.
  • Prolongez l’entaille faîte pour vider les poissons sur toute leur longueur, salez et poivrez l’intérieur, répartissez le zeste, un filet de jus d’orange ainsi qu’un filet d’huile dans chacun
  • Placez 3 demie-rondelles d’oranges côte à côte à l’intérieur de chaque truite et laissez les mariner au frais
  • Pendant ce temps râpez les carottes en julienne, mélangez les aux dés d’oranges, puis assaisonnez les avec le jus d’orange restant, le cumin, le miel et une petite cuillère à soupe d’huile d’olive, préalablement mélangés dans un bol
  • Au moment du repas faîtes cuire les poissons au four à 200 °C 7 à 8 min, puis servez immédiatement avec la salade de carottes accompagnée d’une petite salade verte

truite-orange4

* Si vous ne trouvez pas d’oranges Maltaises bio, vous pouvez tout de même prélever le zeste sur des oranges traitées. Dans ce cas frottez les entre les paumes de vos mains de façon  homogène pour bien enlever la pellicule de pesticide (vous verrez des sortes de petites paillettes tomber), puis rincez les abondamment, ça marche ! C’est le chef qui dirigeait mon premier cour à L’atelier des chefs qui m’a donné ce tuyau, je n’y croyais pas trop, mais après test, j’ai constaté que c’est une méthode assez efficace.

Nature, simple, sain et bon

Nature-Alain-Ducasse1

En matière de livre de cuisine, je n’affectionne pas particulièrement les gros volumes généralistes de calibre encyclopédique, enfin d’habitude. J’ai tendance à préférer les petits bouquins bien ciblés et bien thématiques, tellement plus ludiques et pratiques à utiliser là où on doit les utiliser, à savoir en cuisine ! De plus à quoi bon encombrer sa bibliothèque avec un monstre contenant des centaines de recettes alors que l’on aura jamais l’occasion de toutes les tester, vu qu’il n’y a que 3 repas par jours (2 réellement cuisinés) et 365 jours dans l’année ?

Il a donc fallu que le sujet de ce billet soit vraiment exceptionnel, pour que je fasse justement exception à mes habitudes :

Nature, simple, sain et bon, de Alain Ducasse, est un livre co-écrit avec Paule Neyrat, diététicienne axé comme son nom l’indique sur des produits simples et sains.

La participation de Paule Neyrat donne aux recettes un aspect pédagogique et diététique, avec pour chacune d’entre elle un petit mot sur les bienfaits nutritionnels des ingrédients utilisés et leurs associations.

Le tout ajouté au talent et au savoir faire d’Alain Ducasse, inutile de se demander pourquoi ce livre est si captivant quand on commence à le feuilleter.

On y retrouve des grands classiques revisités (ou non), comme le pot au feu, la daube de bœuf ou les œufs au lait, et des recettes traditionnelles plutôt provenant du bassin méditerranéen, soupe au pistou, tzatziki, risotto, etc… Tous les produits y passent avec une classification par famille d’ingrédients : céréales, soupes et salades pour les légumes, poissons, viandes, fruits pour les desserts….

Avec cet ouvrage, on ré-apprend que les plats les plus simples peuvent être également divins avec un peu d’originalité et de savoir faire, comme  cette poêlée de tomates dans la quelle on suggère de casser des œufs en fin de cuisson, ce risotto de calamars au fenouil et citrons, ce gaspacho de concombre au yaourt et pomme verte, ces fruits d’hivers ou d’été poêlés aux épices !

En résumé ce livre constitue une véritable redécouverte de l’authenticité et de la simplicité par le goût, qui donne tout de suite envie de tester ses recettes tellement elles sont accessibles au plus grand nombre !

Menu de Pâques

Nous voici déjà à Pâques, si peu de temps après les fêtes de fin d’année… Nous voilà reparti pour un menu à thème tout aussi marqué de clichés et produits traditionnels, cocottes, œufs, agneau…. chocolat !

Avec un agneau en plat, j’imaginais assez mal commencer le menu par une entrée de foie gras au autre ingrédient un peu trop lourd, j’ai préféré rester simple et surtout dans le thème avec un œuf à la coque dans son nid, mais sublimé par atout majeur : la truffe.

Concernant l’agneau, il y a longtemps que je voulais essayer un mariage d’ingrédients découvert dans un restaurant et le premier menu de Pâques du Chat en cuisine se prêtait parfaitement à ce jeu.

Enfin, je sais que beaucoup de gens auront du mal à me croire, mais ce n’est pas dans les desserts que j’apprécie le plus le chocolat, je suis un peu puriste en la matière et préfère le déguster nature avec un bon thé. C’est pourquoi je le cuisine peu, de plus après un repas copieux, un dessert se doit d’être léger ce qui veut dire pour moi pas forcément pâtissier et plutôt à base de fruits. Disons que pour cette fois, l’aspect léger n’aura pas le dessus, car avec un crumble et une chantilly c’est raté 🙂 Mais c’est Pâques tout de même ! J’aurais quand même réussit à y intégrer le fruit avec une harmonie de saveur qu’on attend pas forcément.

oeuf-truffe agneau-pistache2 crumble-figue

Œuf à la coque truffé dans son nid de graines germées

Agneau pascal, crème de brebis pistachée, purée de topinambours

Crumble fin de figues, cœur praliné et chantilly de chocolat blanc


Retrouvez aussi ce menu sur Goosto parmi ceux du dossier  Menu de pâques des blogueurs auquel ont participé aussi :

Annick –  Epicé@nne ; Anne-Hélène – La Cuisine d’Anne Hélène ; Bénédicte – My Little Spoon ; Christelle – Waiting For the Sun ; Christophe – Le Sot l’y Laisse ; Dorian – Mais Pourquoi Est-ce Je Vous Raconte ça ? ; Karen – Cuisine Saine ; Nilufer – Yeux Friands et Bouche Bée.


Oeuf à la coque truffé dans son nid de graines germées

Entrée du menu de Pâques 2010

Pour ce premier menu de Pâque je voulais une entrée pas trop lourde, sans pour autant retomber dans le crustacé ou la Saint Jacques que j’ai beaucoup exploités. Quoi de plus simple et meilleur qu’un œuf dans son nid de graines germées, mais parfumé à la truffe bien sûre !

Je n’avais jamais cuisiné la truffe auparavant, j’ai donc choisi des produits simples pour démarrer, pelures et huile de truffe afin que cela reste accessible à tout le monde. Je me suis adressée à la Maison de la truffe, où j’ai trouvé un accueil très attentionné et les conseils nécessaires à ces premiers pas.

Des petites mouillettes de magret de canard séché me paraissaient indispensables pour compléter cette entrée de luxe en toute simplicité !

oeuf-truffe 4

Ingrédients pour 4 personnes

  • 300 gr de graines germées diverses (quinoa, alfafa, chou rouge)
  • 4 œufs
  • 15 gr de pelures de truffe noire (12,5 gr sans le jus)
  • 2 cuillères à soupe d’huile de truffe noire
  • Sel, poivre
  • 80 gr de magret de canard séché
  • 4 tranches de pain au complet ou aux céréales

oeuf-truffe

Préparation

  • Mélangez les graines germées avec les huiles, le sel, le poivre, et enfermez les dans une boîte hermétique
  • Coupez les tranches de pain en mouillettes et passez les au grill quelques minutes, dégraissez mes magrets pendant ce temps, puis sortez les toasts et déposez une lamelle de magret sur chaque mouillette
  • Coupez les pelures de truffe en tous petits morceaux dans une assiette et séparez en 4 petits tas égaux
  • Préparez les nids en déposant un tas de graines germées de forme ronde dans chaque assiette et creusez une trou au milieu de chacun
  • Faîtes cuire les œufs dans une casserole d’eau en ébullition 3 à 4 min maximum, placez les dans des coquetiers, puis découpez proprement les têtes (de préférence avec un toque œuf ou un coupe œuf)
  • Enlevez un peu de jaune à l’aide d’une petite cuillère de façon à dégager un peu de place, salez, poivrez, mélangez
  • Ajoutez les portions de truffe dans chaque œufs, mélangez, et recouvrez les de leur propre coque pour quelques minutes, pour faire infuser, déposez chaque œuf dans son nid avec les mouillettes autour, puis servez

Note

Vous pouvez préparer les graines germés et les mouillettes à l’avance (réchauffez éventuellement les mouillettes avant de servir), mais ouvrez la boîte de pelures de truffe et coupez les de préférence au dernier moment.

oeuf-truffe3

Agneau pascal, crème de brebis pistachée, purée de topinambours

Plat du menu de Pâques 2010

C’est dans un restaurant kurde, Le Menekse, que j’ai eu le plaisir de déguster un agneau farci au fromage et à la pistache.

Je me suis très vite dit que le principe serait parfait pour un agneau pascal, et imaginé peu à peu ma recette, en affinant les ingrédients, avec du yaourt par exemple pour couper le gras du fromage.

Depuis le temps que je me demandais devant les rayons laitages des grandes surfaces à quoi pouvaient bien servir les yaourts de chèvre et de brebis ; j’ai eu comme une illumination le jour où j’ai réalisé que cela pouvait simplement être délicieux dans des plats salés, plutôt que sucrés qui me laissée perplexe !

agneau-pistache4

Quant aux Topinambours je n’en n’avais jamais auparavant, mais souvent dégusté en purée ou crème dans l’un de mes restaurants préféré, Le temps au temps, je n’ai donc pas hésité à me lancer 🙂

agneau-pistache2

Ingrédients pour 4 personnes

  • 1 kg de gigot d’agneau désossé
  • 70 gr de feta
  • 100 gr de yaourt de brebis
  • 70 gr de pistaches
  • 1,5 kg de topinambours
  • 1 bonne cuillère à café de noix de muscade râpée
  • 20 cl de crème fraîche à 5% de matière grasse
  • Sel, poivre

agneau-pistache3

Préparation

  • Epluchez les topinambours, coupez les en morceaux et blanchissez les dans l’eau bouillante salée 20 à 25 min
  • Pendant ce temps mixez la feta avec le yaourt, salez, poivrez, et un incorporez y les pistaches écrasées au mortier
  • Introduisez la crème de brebis dans le creux du gigot formé par l »os enlevé, puis badigeonnez toute la surface avec le restant de crème et laissez mariner au minimum une demie heure avant de faire cuire au four pendant 25 à 30 min entre 200 et 250 ° selon la puissance de votre four
  • Lorsque les topinambours sont tendres, égouttez les, remettez les sur le feu, ajoutez le beurre, mélangez, ajoutez la crème fraîche, mélangez, salez, poivrez et terminez la cuisson
  • Ecrasez les topinambours en purée, pour une texture plutôt crémeuse, mixez les au robot
  • Lorsque le gigot est cuit découpez le en tranches, puis servez le directement dans les assiettes avec des boudins de purée, et déposant au centre de chaque tranche une cuillère de crème de brebis récupérée dans le plat de cuisson

Note

Le temps et la puissance de cuisson du gigot que je donne ici est à titre indicatif, fiez-vous à vos habitudes de cuisson d’un gigot classique selon votre four et vos goûts concernant la cuisson. Ce plat est cependant délicieux avec un gigot bien rosé voir un peu rouge.
Si les topinambours sont trop pâteux au moment d’écraser la purée, ajoutez un peu d’eau plutôt que du lait qui leur donne un goût trop sucré
La purée peut se préparer la veille, ainsi que la crème de brebis et le gigot cru, qui ne sera que meilleur si il marine toute une nuit avec le mélange feta-yaourt

agneau-pistache

Crumble fin de figues, coeur praliné et chantilly de chocolat blanc

Dessert du menu de Pâques 2010

Lors du concours du Bocuse d’or 2010, j’ai rencontré un bar man d’évènement et de talent, Romain Chassang, qui faisait des démonstrations pour une marque de café et avait donc créé pour l’occasion des cappuccinos aromatisés.
L’une de ses création a particulièrement retenu mon attention, un café serré surmonté d’une mousse de lait, au cœur duquel se mariaient à merveille une cuillère de confiture de figues, et une cuillère de crème Mont Blanc praliné ! Romain m’a expliqué qu’il avait longuement cherché à marier la figue avec d’autres saveurs avant de trouver la parfaite harmonie avec le praliné.

Cette expérience insolite qui m’a très fortement inspirée pour ce dessert, moi qui souhaitait faire un dessert plutôt à base de fruit et qui adore les figues !

crumble-figue

Le crumble me permettait d’utiliser le fruit sous sa forme la plus nature, en y intégrant la poudre de noisette à la place de la poudre d’amande dans la pâte pour renforcer le côté praliné du cœur chocolat. J’ai limité les quantités de pâte pour alléger ce dessert et pouvoir le bâptiser « Crumble fin » 🙂

L’envie d’utiliser mon siphon que je n’avais pas encore eu l’occasion de vraiment tester, m’a incité à y ajouter une chantilly pour renforcer le côté gourmand, au chocolat blanc car c’est Pâques bien sûre !

crumble-figue2

Ingrédients pour 4 personnes

Pour le crumble

  • 400 gr de figues séchées
  • 50 gr de poudre de noisettes
  • 30 gr de beurre
  • 25 gr de sucre ou 15 gr de fructose
  • 30 gr de farine

Pour le cœur praliné

  • 60 gr de chocolat à pâtisser au lait
  • 60 gr de poudre de noisette
  • 2 cuillères à soupe de lait

Pour la chantilly

  • 150 gr de chocolat blanc
  • 50 cl de crème liquide à 30 % de matière grasse

Préparation

  • Au moins une heure avant le montage du crumble, faîtes bien regonfler les figues dans du thé (environ 30 min), puis laissez les égoutter dans une passoire
  • Coupez les figues en petits cubes, répartissez les dans des ramequins ou des assiettes avec un emporte pièce
  • Mélangez dans un saladier la farine, la poudre de noisette, le sucre et le beurre mou, travaillez la pâte du bout des doigts jusqu’à obtenir une texture de miettes
  • Répartissez les miettes au dessus des figues, formez un creux au centre de chaque portion puis cuire au four à puissance moyenne 15 à 20 min maximum, veillez à ce que le crumble roussisse mais ne brûle pas (au pire couvrez d’un papier aluminium en cour de cuisson)
  • Pendant ce temps faîtes fondre le chocolat au lait, avec le lait au mico-onde sans le liquéfier, puis ajoutez y la poudre noisette et mélangez jusqu’à obtenir une pâte un peu compacte
  • Lorsque les crumbles sont cuits laissez les refroidir à température ambiante, puis déposez une bonne cuillère à soupe de pâte de praliné dans le creux de chacun
  • Faîtes fondre à l’avance le chocolat blanc avec 10 cl de crème au mico-onde ou au bain marie pas trop fort et pas trop longtemps pour ne pas le faire caraméliser, conservez bien le restant de crème au frais
  • Lissez le mélange au fouet, laissez bien refroidir et réservez frigo
  • Montez la crème bien froide en chantilly puis incorporez-y délicatement le chocolat blanc fondu à l’aide d’une spatule, ou si vous avez la chance d’avoir un siphon mélangez la crème et le chocolat au fouet, introduisez dans le siphon et utilisez le comme à votre habitude au moment de servir
  • 10 min avant de servir réchauffez les crumbles au four à puissance moyenne pour faire ramollir le cœur praliné, puis servez avec la chantilly dans des coupelles séparées et bien froide pour éviter qu’elle ne fonde

crumble-figue4

Note
Pour plus de légerté, vous pouvez aussi simplement gratiner les figues avec une fine couche de poudre de noisette au lieu de la pâte à crumble. Les figues séchées et le cœur praliné sont déjà suffisamment sucrés.

Ma première cooking party

Mardi 16 mars, je me suis régalée parmi d’autres blogueurs à la galerie Fraîch’attitude lors de la cooking party organisée par Guy Degrenne.

cookingPartie

4441311436_3cd0f89889

4441311780_a05e191c69

Dans ce cadre à la fois design, tendance et convivial, nous avons eu le plaisir de nous retrouver pour former 4 équipes, qui avaient pour mission de réaliser chacune un plat et un dessert en 1h30 de temps, avec un « petit marché d’ingrédients » complet ou presque, à disposition et un seul produit imposé : viande ou poisson. Une bel échantillon de vaisselle et ustensiles Guy Degrenne était également disponible pour nous aider dans cette « épreuve » 🙂

4440536071_6c30c279f3_m 4440535759_118e800702_m

Arrivée la dernière pour avoir voulu remplir comme il se doit ma fonction de « Maman Chat » en allant nourrir mon tigre de salon entre la sortie du boulot et ce RDV de 19h00 ; j’ai failli louper les délicieux cupcakes concoctés par Chloé S., pour mettre les papilles en condition ! Avec une demi heure de retard, j’ai quand même bénéficié de quelques minutes pour me mettre en condition donc, avant le coup d’envoi de ce Top Chef bon enfant et sans pression dont le but n’était que le plaisir, la convivialité et la gourmandise bien sûre !

4440536957_09c1489c21_m 4441314192_251f6fe6d7_m

Apero Apero2

C’est le veau qui a été attribué à l’équipe de choc que nous formions avec mes coéquipières AnneSo et Delphine, et qui, il faut bien le reconnaître, constituait une base moins contraignante que le saumon par exemple ou la caille de nos amis des autres équipes.

4440534717_c2676f7859_o 4440535389_bdaaf6158b

C’est donc sans prendre de risque que nous avons assez rapidement décidé de faire un tajine de veau, inspirées par la variété légumes disponibles dans le superbe présentoir du fond de la salle, avec des courgettes, des topinambours, des carottes, le tout assaisonné de miel, gingembre, cannelle, muscade et pignons. Pour le dessert Anne So nous a fait profiter de son expérience des riz au lait avec une excellente recette de risotto à la fleur d’oranger, fruit de la passion et sauce Mojito (rhum, citron vert et menthe). Un dessert dont j’ai encore l’eau à la bouche, moi qui habituellement n’aime pas le rhum et ne suis pas fan de riz au lait 🙂 Avec les jolies idées de présentation de Delphine, je pense que nous pouvons être fières de nos réalisations…

Nous

Tajine Rizlait

Mais ne nous regardons pas le nombril trop longtemps, on pouvait en dire tout autant des plats des autres équipes qui étaient face à nous :

Dorian, Ana & Adèle avec leur bœuf mariné et sauté aux légumes,  riz au curry et oignons, ainsi que leur crumble pommes-mangue, sirop de fruits de la passion, aux saveurs renversantes :

DorianAndCo

boeuf boeufCrumble

Clémence, Sandrine et Philo avec leur splendides et raffinés cercles de saumon, purée de patates douces à l’orange, crumble d’herbes fraîches et des zestes d’oranges ; financier à la noix de coco, billes de mangue vanillé, chantilly de mascarpone vanillée et caramel salé au rhum :

ClemAndCo

Saumon Financier

Hervé, Anne Hélène et Sophie dont on peut saluer l’originalité pour leur cailles farcies à la julienne de légumes, lit de chocolat épicé, purée de patates douces ; sushis sucrés, coulis de fruits de la passion :

HerveAndCo2

caille Sushi

C’est sous la bienveillance de Tom et avec les observations du jury composé d’Olivia et de ses collègues de l’agence Montana and Co (merci à eux), que nous avons pu réalisé tous ces délices, pour finalement les déguster dans ambiance très chaleureuse…. Moi je dis des Top chef comme ça, c’est beaucoup plus agréable que ce que l’on peut voir à télé !

Tom Olivia

Photos : Montana and Co

Retrouvez toutes les photos de la Cooking party Guy Degrenne sur ce lien.