Itinéraires

itineraires

Pour l’anniversaire de mon chéri, nous avions prévu, depuis longtemps déjà, d’aller dîner au restaurant Itinéraires, dirigé par Sylvain Sendra.

Quand je pense que nous avons failli modifier nos plans en lisant un certain nombre de commentaires négatifs postés ces derniers temps sur différents sites : « portions ridicules », « carte compliquée pour saveurs inexistantes », « prix exorbitants » ?

Et bien je ne sais pas ce que ces clients mécontents ont tous les jours dans leurs assiettes pour porter de tels jugements, mais voici mon verdict de novice dans la blogosphère :

Nous avions du mal à prendre au pied de la lettre toutes ces mauvaises critiques, pour la simple et bonne raison que nous avions déjà goûté la cuisine de Sylvain Sendra, à l’époque où il officiait au Temps au temps, que nous affectionnons particulièrement. Nous n’avions eu l’occasion d’y goûté qu’une seule fois avant qu’il ne revende le restaurant, tellement il était difficile d’avoir une table dans ce lieu constamment assaillit par les clients. Le souvenir de notre repas avait été aussi unique que mémorable, raison pour laquelle nous étions impatients de retrouver ce style, même si il fallait pour cela sortir de notre cher quartier.

intineraries3 intineraries2

Et bien nous n’avons pas été déçus. Pour 36 euro entrée, plat, dessert, nous avons pu déguster :

  • Blanc de faisant cru mais cuit (en cuisine cela veut dire soit mariné, soit cuit en allé retour, rien d’incompréhensible), île flottante (un blanc d’œuf poché quoi), poudre de foie gras, velouté châtaignes et faisant (pour garder une unité de saveurs), et pistaches caramélisées > chez moi ça veut dire plus « MIAM MIAM » que « Hein, c’est quoi ça ? »
  • Rillettes de sardines dans un cannelloni de légumes et son granité de cornichons (ben quoi, vous savez pas à quoi ça ressemble un cannelloni ?)
  • Saumon cuit à basse température (donc qui reste cru à l’intérieur comme doit l’être un saumon) au thé fumé, carottes anciennes et dashi de poisson (comme si il n’y avait pas assez de restaurants japonnais en France pour se douter que c’est un truc du genre bouillon à base d’algues)
  • Magret de canard cuit sur l’os laqué au miel, betteraves multicolores (rouges et blanches) et burrata.
  • Biscuit au thé vert et lentilles (si,si), glace vanille maison, crème au chocolat blanc et thé Matcha
  • Compote de coings, écume de caillé de brebis, sorbet kaki, pommes séchée et crues

intineraries1

Moi je comprends suffisamment tout ça pour avoir envie d’y goûter et apprécier ce que j’ai mangé.

Concernant les portions, elles n’étaient certes pas astronomiques, mais 1. ça n’est pas ce que l’on recherche ou ce qu’on a l’habitude de servir dans un restaurant gastronomique, car on peut bien qualifier l’Itinéraires de cette façon ; 2. dans des assiettes immenses, tout paraît riquiqui. En résumé les portions étaient correctes.

intineraries4

Pour les saveurs, même si certaines choses auraient pu être un peu plus relevées à mon goût, c’est une question très subjective, car je mange relevé en général ; et bien je dirais que les saveurs étaient tout simplement raffinées. Et des saveurs raffinées, ça veut dire qui ne risquent pas d’emporter les palais les moins avertis, et surtout qui laissent place les unes aux autres sans se choquer ni se confondre. En bref, j’ai bien identifier toutes les saveurs décrites dans la carte puisqu’aucune ne couvrait les autres, et même si moi j’aurais pu supporter des choses plus relevées, un plat de restaurant doit rester accessible à tout le monde. Les saveurs étaient donc parfaitement équilibrées.
Mention spéciale pour les desserts, j’ai particulièrement apprécié le biscuit au thé vert, alors que de toutes les variétés de thés, le vert n’est pas mon préféré. Ce met avait une grande unité de saveurs et a su me surprendre et m’enchanter sur un terrain qui n’était pas gagné d’avance.
Je termine par la compote de coings qui était à tomber par terre, parfaitement accommodée avec son sorbet kaki et ses chips de pommes, un vrai délice, qui plus est, copieusement servi.

En ce qui concerne les prix, même si ça n’est pas donné, je pense qu’il faut garder à l’esprit que grands nombres de restaurants dans ce quartier n’hésiteraient pas à afficher le même menu à 50 euro ou plus au lieu de 36, et pour ma part je connais d’autres restaurants qui pour le même prix se contentent de servir de grands classiques, très bien cuisinés certes, mais à bases de produits beaucoup plus modestes et bon marchés. Alors que l’on remarque dès la lecture de la carte de l’Itinéraires, une réelle recherche et un effort pour proposer des produits moins courants.

Tout ça pour dire que je ne comprends pas un tel déchainement à propos de la soit disant médiocrité de ce restaurant, et que pour ma part j’y retournerai avec plaisir, et continuerai de le recommander.

Itinéraires
5 Rue de Pontoise – 75005 Paris
01 46 33 60 11

6 réponses sur “Itinéraires”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *