Concours de photo culinaire : « Gâteau d’enfance »

C’est avec plaisir que j’expose ci-dessous la photo que je présente au concours de photo culinaire : « Gâteau d’enfance », organisé par Isabelle Rozenbaum, Dorian et Pascale Weeks.

cha-en-cuisine

Une poupée coiffée d’un chapeau-gâteau, voilà ce que m’a évoqué le thème de « Gâteau d’enfance », que je trouve très sympathique.

Mais dans mon imaginaire le « Gâteau d’enfance » a aussi de jolies couleurs, et comporte quelques éternels clichés de gourmandise, comme la crème chantilly et la fraise.

Pour me rapprocher au mieux de cette idée, je me suis inspirée d’une recette de tartelette aux fraises et chantilly de pistache de Christophe Michalak, qui comportait selon moi tous les ingrédients et couleurs nécessaires, le savoir faire et le matériel en moins, mais bon…

Juste pour le plaisir, j’ajoute ci-dessous et en bannière de ce billet, un tout petit échantillon des nombreux clichés que nous avons du faire pour arriver à ce résultat, car j’ai longtemps hésiter sur le choix de la photo avant de m’arrêter sur celle qui est ci-dessus.

GatoPoupe GatoPoupe2

Je dis « nous » car je remercie fortement mon beau-frère Fabrice, sans qui ma chantilly n’aurait jamais été réussie, et mon chéri qui m’est toujours d’une aide très précieuse pour toutes les photos de ce blog.

GatoPoupe3

Mise à jour le 06/12/2009

Je suis très heureuse de mettre à jour ce billet avec ce lien renvoyant vers les résultats du concours qui m’attribue le 3é prix !!

Merci à Isabelle, Pascale et Dorian et bravo à tous les participants.

Craquez pour les tartares !

Tartares

En balade dans la partie Maison et Art de vivre d’un grand magasin parisien, baigné dans l’ambiance et les vitrines de Noël, mon Chéri m’a offert, il  y a quelques semaines :

Craquez pour les tartares ! de Laurence Du Tilly

Du boucher, de la mer, du potager, ou sucrés, ce petit livre propose une palette de tartares de viandes, poissons, légumes et fruits ; de quoi enchanter les soirées où l’on manque de temps pour cuisiner et ou l’on a envie de se régaler quand même tout en légèreté. Petits et précis c’est comme cela que je préfère les livres de cuisine.

J’ai même eu la surprise de tomber sur un tartare de bœuf très semblable à une recette que je suis en train d’élaborer à quelques détails près. Je reviendrai bientôt sur ce sujet. J’ai été aussi surprise de découvrir des tartares de veau, jamais rencontrés auparavant.

tartare2

La carte des tartares de poissons et crustacés est également très variée, inattendue et très appétissante.

Quant aux desserts, le tartare de mangue au citron vert et palets bretons m’a donné l’étrange sensation de manger un cake au citron ; la mangue donnant le côté moelleux et sucré, les palets bretons amenant le goût prononcé du beurre et le citron vert dominant l’ensemble sans pour autant le gâcher.

Le tartare de mangue, ananas et spéculos a lui aussi attiré mon attention dès les premiers tests.

tartare1

Pour résumer ce petit ouvrage risque d’occuper la place du « livre ouvert sur le plan de travail le plus souvent », grâce à la simplicité, l’originalité et la rapidité d’exécution de ses recettes.

Le China

china

Situé dans le quartier de Bastille, Le China est une renaissance du China Club qui a fermé ses portes en 2007 après 18 ans d’existence.

china_f3

Dans un décor de style Asie coloniale des années 30, cet établissement s’étend sur 3 niveaux, avec un grand espace bar/restaurant au rez-de-chaussé, un fumoir plus cosy et intime à l’étage (très agréable parce que très bien ventilé avant la loi contre le tabac), et un club au sous sol avec une programmation de concerts réguliers.

china_f2

Ce cadre exceptionnel et ses différentes ambiances ont été conservés avec soin par les nouveaux propriétaires qui font revivre les lieux depuis 2008.

Côté restauration, l’esprit cuisine d’inspiration asiatique adaptée à l’Europe a été conservé, avec une certaine volonté de métissage et de diversité plus marqué que sur le menu d’avant fermeture. L’ensemble reste assez affiné et satisfaisant, même si je regrette que les prix aient fortement augmenté après ré-ouverture, alors que la qualité, elle a plutôt stagné. Mention particulière tout de même pour les Dim Sum (bouchées vapeurs), dont la particularité et la saveur est restée constante après les changement de direction.

china_f

En bref je recommande cet endroit pour sa cuisine que j’apprécie toujours, sans pour autant promettre de la grande gastronomie, mais aussi pour son cadre exceptionnel ; avec un gros penchant pour l’ambiance du fumoir, où l’on ne fume plus bien sûre, mais où l’on peut toujours dîner ou simplement boire un verre issue de la carte de cocktails, vins et spiritueux, plutôt soignée.

Je suis heureuse que ce bel endroit, que l’on a cru perdu à une époque, ait ré-ouvert ses portes, me permettant d’y fêter mes 30 ans à l’improviste, entourée de quelques amis.

P.S. : le soin de la décoration est poussé jusqu’aux toilettes qui en plus d’être parmis les plus grandes de la capitale, sont très jolies et très agréables 🙂

Le China
50 rue de Charenton – 75012 Paris
01 43 46 08 09
www.lechina.eu

Tartare de mangue et cacahouètes

Lors de notre premier dîner au China après sa réouverture, on m’a servi une poêlée de mangue avec une crème glacée aux cacahouètes, maison. Hormis me fait que la glace, un tout petit peu trop molle et servie directement sur la mangue chaude, a fondu trop vite, j’ai trouvé ce mariage inattendu absolument sublime !

Depuis je n’ai eu qu’une seule chose en tête, ré-adapter de ce mélange harmonieux dans un dessert, le plus dure ayant été de trouver des cacahouètes non salées !

tartare-mangue3

Mon nouveau livre sur les tartares, qui comporte quelques desserts à base de mangue (mais sans cacahouètes), m’a pas mal inspiré pour ce premier test, où j’ai voulu utiliser les produits de façon assez brute.

tartare-mangue1

Ingrédients pour 4 personnes

  • 2 mangues à point
  • 3 petites cuillères à soupe de cacahouètes
  • 1 citron vert
  • 1 à 2 petites cuillères à soupe de fructose
  • un carré de chocolat noir

Préparation

  • Epluchez la mangue et détaillez la en petits dès
  • Arrosez la de jus de citron vert, goûtez et éventuellement saupoudrez d’une cuillère à soupe de fructose si le mélange n’est pas assez sucré
  • Ecrasez les cacahouètes dans un mortier jusqu’à obtenir une poudre assez fine, avec quelques morceaux tout de même
  • Répartissez la mangue dans 4 assiettes, moulée dans un emporte pièce, tassez avec le fond d’un verre de diamètre assez large
  • Saupoudrez de cacahouètes, puis de fructose et de chocolat râpé, épongez le jus qui coule sous l’emporte pièce, puis retirez le. Réservez au frais.

Vous pouvez également présenter ce tartare dans des verrines.

Note : après cet essai basique, je compte revenir sur le sujet avec des préparations plus élaborées que j’ai encore besoin d’affiner.

tartare-mangue2

Salon des blogs culinaires de Soissons : quelques photos

Petite escapade ce samedi à Soissons, à l’occasion du 2ème salon des blogs culinaires, un évènement organisé par 750g et quelques partenaires sous la houlette de Chef Damien. Un grand merci à toute l’équipe pour nous avoir accueillis à l’improviste, nous n’avions en effet pas confirmé notre présence, croyant que l’évènement était ouvert au public !

Continuer la lecture de « Salon des blogs culinaires de Soissons : quelques photos »

La Cocotte, libraire de goût

cocotte-librairie

Comment pourrais-je prétendre faire une rubrique « Livres de recettes » digne de ce nom, sans parler de La Cocotte ? Le libraire culinaire incontournable !

Et dois-je réellement considérer comme un hasard le fait d’avoir emménager à quelques pas cette boutique, précisément à la période de son ouverture ?

En tout cas je ne pense pas que ce soit le hasard qui est amené un magasin de ce type à ouvrir ses portes dans la rue Paul Bert, récemment re-baptisée « rue de la bouffe » par un certain François Simon. Il est clair que La Cocotte occupe une place tout à fait naturelle au milieu des quelques bons et très bons restaurants qui font le décor de ce quartier dans lequel j’ai autant de plaisir à habiter, tel un complément indispensable à toutes ces bonnes adresses.

cocotte-librairie2

Encore plus qu’un temple du livre culinaire où il est très agréable de flâner en feuilletant les livres et difficile de ressortir sans rien dans les mains ; La Cocotte est un lieu de convivialité, d’échange et de rencontres, qui mêle séances de dédicace de livres fraîchement imprimés et ateliers découverte aussi bien pour les petits que pour les grands.

La Cocotte
5, rue Paul Bert – 75011 Paris
01 43 73 04 02
http://www.lacocotte.net

Pommes farcies façon sicilienne

Selon mon ami Sébastien,  je ferais beaucoup de cuisine d’inspiration asiatique, orientale, exotique, et pas assez de cuisine « européenne ». Pour me prendre par les sentiments, il m’a donc offert  pour mon anniversaire cette année :

saveurs-sicile

Saveurs de Naples et de Sicile, Souvenirs culinaires d’un Italien new-yorkais

Pour mon premier essaie de l’une de ces recettes, j’ai choisi un roulé de volaille farcie au jambon, pancetta et au parmesan, servi avec des pâtes à la sauce tomate bien sûre.

Pour clôturer ce repas loin d’être léger, j’ai donc décliné une recette de dessert du même livre, qui était à l’origine des chaussons aux pommes, farcies avec un mélange de biscuits amaretti, beurre, chocolat, parfumés à l’amaretto, le tout nappé de confiture d’abricot et enrobé dans une pâte feuilletée. Bref que du diététique !

Comme je n’avais pas la moitié des ingrédients disponibles dans mes placards, j’ai improvisé avec les moyens du bord en essayant de garder l’esprit de la recette, mais surtout en supprimant l’enrobage de pâte feuilletée.

Je me suis donc contentée de mélanger quelques palets Bretons, de la poudre d’amande, de l’arôme d’amande amer, et du chocolat, pour réaliser une farce goûteuse mais pas trop lourde non plus.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 4 pommes
  • 4 palets Bretons (si vous utilisez d’autres biscuits moins gras, ajoutez un petit morceau de beurre)
  • 4 cuillères à soupe de poudre d’amande
  • 80 grammes de chocolat noir
  • 1 goûte d’arôme d’amande amer

Préparation :

  • Faîtes fondre le chocolat, émiettez les biscuits et mélangez avec tous les autres ingrédients de la farce pour obtenir une pâte
  • Découpez les capuchons des pommes et videz le centre avec une cuillère parisienne, sans enlever le fond de la pomme, elle doit demeurer un récipient fermé pour contenir la farce
  • Jetez la partie contenant les pépins, conservez un peu de chair et mélangez la à la farce
  • Remplissez les pommes avec la farce, refermez avec les capuchons et enfournez 20-30 mn à 200 °C
  • Servez tiède

Note : la prochaine fois, je remplacerai les pommes par des poires.

Version rapide et encore plus légère : remplissez chaque pomme ou poire vidée avec 2 ou 3 carrés de chocolat non fondu et de 2 cuillères à café de poudre d’amande, puis enfournez.

Les desserts d’hiver de Sophie

dessert-sophie

Quelle merveilleuse idée a eu notre ami Mauro, en m’offrant en prolongation de Noël un soir de 31 décembre :

Les desserts d’hiver de Sophie, Sophie Dudemaine, éditions Amstramgrammes

Peut-être se doutait-il, me connaissant, qu’il aurait très rapidement l’occasion d’en goûter quelques extraits.

Il a choisi ce livre pour sa particularité qui est de donner le choix, pour chaque recette, entre la version traditionnelle et la version allégée. Le plus souvent je combine les deux pour avoir un résultat au plus proche de mes objectifs. Mais ce qui est clair et que j’apprécie beaucoup, c’est que toutes ces recettes sont très fiables, je me suis vue réussir à merveille des choses que j’avais ratées avec d’autres livres ; notamment les bases et les classiques des premières pages qui précèdent les nombreuses spécialités et recettes familiales qui composent cet « encyclopédie du dessert ».

Rémoulade pommes-carottes, sauce au miel et huile de sésame

Mon chéri m’a souhaité une bonne fête samedi dernier avec un petit cadeau à la main, « Pomme », de Benoît Witz dans la collection Leçon de cuisine (Les Editions Culinaires). Ce livre porte très bien son nom, car chaque recette y est détaillée en photos.

lecons-pommes

Comme je peux rarement patienter avant d’essayer un nouveau livre, j’ai voulu dès le lendemain tester l’une de ces recettes.

Seulement voilà le frigo était presque vide en ce dimanche soir !

Il a donc fallu improviser avec le peu d’ingrédients que j’avais de disponibles. Au lieu de la rémoulade de pomme-céleri au yaourt de la recette originale du livre, j’ai donc composé une petite rémoulade avec les seules pommes et carottes présentes dans le frigo. Accommodées avec quelques amandes, un peu de miel et d’huile de sésame, la composition a été parfaite pour accompagner quelques tranches de saumon fumé avec une petite salade.

Un parfait dîner léger, ou devrais-je dire un dîner presque parfait par les temps qui courent, non c’était parfait 🙂 pour un dimanche soir après les excès du week-end.

remoulade-pommes-carottes

Pour 4 personnes :

  • 2 pommes Granny-smith
  • 2 carottes
  • 3 cuillères à soupe d’amandes effilées
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • 2 petites cuillères à café d’huile de sésame
  • Le jus de 3 citrons verts

Préparation :

  • Râpez les carottes en mandoline
  • Râpez les pommes en mandoline, versez la moitié du jus de citron, mélangez bien et ajoutez les carottes puis les amandes toujours en mélangeant
  • Dans un petit bol, mélangez le reste du jus de citron avec l’huile de sésame et le miel, ajoutez cette sauce à la préparation, mélangez bien pour que tous les ingrédients en soient imbibés
  • Dressez des pavés de rémoulades dans des petites assiettes avec un emporte pièce pour accompagner du saumon fumé, des crustacés ou encore un tartare de poisson.

Vous pouvez également servir de cette rémoulade pour un accompagner une salade en plat unique léger comme je l’ai fait, en ajustant les doses de poisson ou crustacés, avec de la salade verte à volonté bien sûre !

Soupe d’asperges express, aux feuilles de curry

Je suis rentrée un soir de cette semaine avec une folle envie de soupe, par ce froid humide.

Comme il était plus de 20h et que je n’avais pas le courage d’aller faire des courses de produits frais, j’ai attrapé ce qui m’est tombé sous la main dans mon placard de conserves : 3 gros pots  d’asperges ont donc fait l’affaire pour cette soupe improvisée.

J’avais en tête l’idée de l’aromatiser avec de la sauge séchée que je pensais avoir dans mes réserves, mais en ne la trouvant pas, je suis tombée sur des feuilles de curry achetées récemment et que je n’avais pas encore eu l’occasion d’utiliser (malgré mon grand intérêt pour la cuisine indienne).

En démarrant cette soupe avec un simple oignon doré au beurre, j’ai été une fois de plus surprise par le résultat succulent que l’ont peut obtenir, même avec un seul légume provenant d’une conserve.

Bien sûre, le goût serait probablement incomparable avec des asperges fraîches, mais en attendant de pouvoir rentrer du travail à 17h30, je n’hésiterai pas à recommencer avec des conserves, car c’est déjà excellent !

soupe_asperge

Pour 4 à 6 bols :

  • 1k d’asperges
  • 1 oignon
  • 15 gr de beurre
  • 1 cuillère à café d’huile
  • 10 cl de crème liquide
  • 10 à 15 petites feuilles de curry
  • 1 litre d’eau
  • Sel
  • Poivre

Préparation :

  • Dans un faitout, faîtes revenir l’oignon  avec le beurre et quelques gouttes d’huile, lorsqu’il est bien doré,  faîtes le caraméliser en y jetant un fond d’eau
  • Ajoutez les asperges et faîtes cuire à feu vif, à découvert et en remuant pendant 5 minutes
  • Salez (très modérément si vous utilisez des asperges en conserve), poivrez, ajoutez les feuilles de curry et l’eau, puis faîtes cuire à couvert et à feu moyen une dizaine de minutes
  • Ajoutez la crème liquide en fin de cuisson, mixez l’ensemble et servez dans des bols avec 2 feuilles de curry en décoration à la surface

Et c’est tout !